Actualités

Fin du conflit de travail à l’abattoir d’Olymel de Vallée-Jonction : une modernisation législative sera nécessaire à l’avenir

Catégories:

Des nouvelles de l'organisation

Longueuil, le 31 août 2021 – Les Éleveurs de porcs du Québec peuvent enfin affirmer qu’une catastrophe a été évitée de justesse. La fin de la grève marque une étape importante qui pourra soulager les producteurs de porcs confrontés à des défis de taille. Toutefois, les impacts de cette grève se feront sentir pour des mois même si la cadence d’abattage reprendra sous peu. En quelques semaines, le nombre de porcs en attente d’abattage a explosé, frôlant les 180 000 au plus fort de la crise.

« À court terme, il sera essentiel qu’Olymel priorise l’abattage des porcs québécois pour permettre à nos producteurs de reprendre le dessus et d’optimiser les conditions de leurs animaux dans les fermes. À moyen terme, c’est tout un questionnement qui devra avoir lieu. Nous comptons discuter avec le gouvernement de l’importance d’une modernisation législative pour maintenir le droit de grève sans toutefois mettre en péril le bien-être de nos animaux. J’ose rappeler que nous travaillons avec des êtres vivants, la réalité n’est pas la même que celle d’une usine de boulons », a indiqué le président des Éleveurs, David Duval.

En avril dernier, plus d’un an après le début de la pandémie de COVID-19 qui avait forcé la fermeture d’abattoirs en raison d’éclosions parmi les employés, les Éleveurs étaient loin de se douter qu’une autre tuile allait s’abattre sur leurs têtes et occasionner une des crises les plus importantes de l’histoire de l’organisation.

Retour