Actualités

Salle audience 20 nov.

Les Éleveurs donnent le ton aux audiences de la Régie

Catégories:

Mise en marché collective

Les audiences de la Régie des marchés agricoles et alimentaires se sont amorcées aujourd’hui, 20 novembre, à Drummondville. L’obtention d’une nouvelle formule de prix qui permettrait un meilleur partage des revenus est au cœur des enjeux de cet arbitrage pour le renouvellement de la convention. Julien Racicot, économiste et directeur adjoint des Affaires économiques, a été le premier témoin à se faire entendre.

S’appuyant sur des données factuelles, M. Racicot a démontré que, pendant que des investissements massifs ont été faits pour optimiser et accroitre les capacités d’abattage, on observe une production en décroissance et un sous-investissement majeur des éleveurs depuis plusieurs années.

Bref, la présentation de M. Racicot démontre que le déséquilibre actuel est insoutenable, qu’il met en péril l’avenir du secteur et qu’il ne favorise pas les investissements et l’établissement d’une relève en production porcine. Pour corriger la situation actuelle et saisir pleinement les occasions de marchés prometteuses s’offrant au porc du Québec, M. Racicot a conclu sa présentation en soulignant que la formule de prix actuelle devait évoluer pour tenir compte de deux principes indissociables : une nouvelle référence basée sur le prix de la viande et une plus-value en reconnaissance de la qualité, des attributs et des exigences de marchés rencontrés par le porc du Québec.

Un second témoin des Éleveurs plaide pour une nouvelle formule de prix

Gilbert Lavoie a présenté l’analyse réalisée par Forest Lavoie Conseil quant à l’évolution du prix des porcs et de la carcasse reconstituée aux États-Unis.

Cette analyse a permis de comparer la source de prix des porcs aux États-Unis utilisée dans la formule actuelle de prix du Québec ainsi que la source de la valeur de la carcasse reconstituée aux États-Unis en plus du prix des exportations de porcs des abattoirs québécois. Les constats qui s’en dégagent indiquent notamment que :

L’écart entre le prix de la carcasse reconstituée et le prix de la formule Québec s’est accru de manière significative depuis 2015.

La formule Québec de prix actuelle ne permet plus d’obtenir un prix concurrentiel dans le contexte québécois.

Il appert nécessaire que la formule de prix des porcs au Québec prenne en considération les deux aspects suivants de la chaîne de valeur pour assurer un prix concurrentiel à moyen et long terme à la fois pour les producteurs et les abattoirs québécois :

  • Une meilleure répartition de la valeur entre les producteurs et les transformateurs.
  • Un retour additionnel sur le prix américain afin de prendre en compte la qualité supérieure des porcs Qualité Québec.

Suite des audiences demain

Les audiences se poursuivent demain à l'hôtel Best Western de Drummondville, à 9 h, avec la fin de l’intervention de Gilbert Lavoie suivi de deux autres témoins appelés par les Éleveurs, Daniel-Mercier Gouin, professeur au Département d’économie agroalimentaire et des sciences de la consommation de l’Université Laval, ainsi que l’éleveur et copropriétaire de l'abattoir L.G. Hébert, Mario Côté.

Retour