Communiqués

Négociation de l’ALENA à Montréal : La filière porcine a besoin de marchés ouverts

À l’occasion de la sixième ronde de renégociation de l’ALENA qui se tiendra à Montréal jusqu’au 28 janvier, les Éleveurs de porcs du Québec réitèrent l’importance d’avoir des marchés ouverts et sans barrières pour l’industrie porcine. Ce message a été livré aux premiers ministres du Canada et du Québec, ainsi qu’aux ministres fédéraux et provinciaux responsables des dossiers de l’agriculture et du commerce international.

« Au Québec et au Canada, il n’y a aucun quota de production ni aucun tarif freinant l’importation de porcs en provenance des États-Unis et du Mexique. Le modèle d’affaires de l’industrie porcine québécoise est différent de celui des productions sous gestion de l’offre. La filière porcine québécoise souhaite voir une plus grande fluidité du commerce avec l’ensemble de ses partenaires commerciaux », explique David Duval, président des Éleveurs de porcs du Québec et lui-même éleveur porcin.

C’est grâce à ce modèle économique ouvert que la filière porcine a pu devenir le deuxième secteur bioalimentaire en importance au Québec. D’ailleurs, plus de 70 % de la production québécoise de porc est destinée à l’exportation dans 80 pays.

 

Diversifier nos marchés d’exportation

En plus de la poursuite des négociations actuelles pour le renouvellement de l'ALENA, les Éleveurs de porcs du Québec demandent au gouvernement canadien de tout faire pour conclure rapidement l’accord pour le Partenariat transpacifique global et progressiste. Cet accord permettrait au Canada d’obtenir une entente de libre-échange avec le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et sept autres pays.

« Pour le bien de notre économie, nous devons avoir un accès stable, prévisible et libre de barrières au maximum de marchés internationaux. Nous espérons que le gouvernement saura nous aider à développer notre plein potentiel. C’est pourquoi nous aurons des représentants à Montréal cette semaine lors des négociations de l’ALENA », conclut David Duval.

 

Une note d’information sur le contexte et les attentes de la filière par rapport aux règles de libre-échange publiée cette semaine en marge de la sixième ronde de renégociation de l’ALENA peut être consultée en suivant ce lien. http://www.leseleveursdeporcsduquebec.com/DATA/PUBLICATION/49.pdf

 

— 30 —

 

À propos des Éleveurs de porcs du Québec

 

Les Éleveurs de porcs du Québec représentent les intérêts de leurs 3 100 membres, répartis dans huit groupes régionaux. Le secteur porcin génère des retombées économiques de plus de 2,55 milliards de dollars dont bénéficient toutes les régions de la province. Au Québec, la filière porcine emploie 26 500 personnes. Environ 70 % de la production porcine québécoise est exportée, ce qui représente près de 45 % des exportations canadiennes (en valeur). Ces cinq dernières années, le porc du Québec a été exporté dans plus de 80 pays, ce qui représente 8 % du commerce mondial du porc.

 

Renseignements et entrevues :

Merlin Trottier-Picard
514 912-1875
mtrottierpicard@leseleveursdeporcs.quebec

 

 

Retour